Autres articles

L’immobilier au féminin

La dernière vidéo intitulée Communs moches, aucuns problèmes a suscitée beaucoup d’intérêt et je vous en remercie.

Si vous souhaitez voir ou revoir cette vidéo cliquez ici.

 

L’article aujourd’hui est un article un peu particulier car il a pour titre :

L’immobilier au féminin

Oui oui je suis sûre que ce titre vous a interpelé.

 

A travers cet article, je voulais vous donner mon ressenti lorsque une femme (moi) investi dans l’immobilier.

Alors peut être que vous le savez, j’interviens régulièrement dans des séminaires afin de parler d’immobilier et notamment de colocation (un de mes dadas :-)).

Et j’ai pu me rendre à l’évidence : le constat est simple.

Dans la salle, je constate qu’il y a toujours plus d’hommes que de femmes.
Pour ce qui est des proportions, je dirais environ 4/5 de public masculin et 1/5 de public féminin.

Bien que cela ait tendance à changer. C’est le constat que j’ai pu faire.

Mais alors vous allez certainement me dire que les femmes sont certainement moins intéressées par l’immobilier locatif ou par l’investissement ?

Et bien non, c’est juste qu’on a une autre vision de l’immobilier que vous messieurs :-).

 

Je vais tenter de vous expliquer un peu la différence.

(suite…)

Par Audrey, il y a
apport

Comment je me suis constitué un apport : les jeux radios

radio

Je vais vous raconter la manière « originale » dont je me suis constitué un apport.

Je suis issue d’une famille modeste ou la devise est de travailler. L’argent n’arrive pas par hasard et devenir riche est soit dû à un héritage soit à de la chance. J’ai donc été bercée par ces à priori.

Je souhaitais poursuivre mes études, cependant l’école privée dans laquelle je souhaitais aller coutait très chère 7000 €/an. Mes parents ne pouvaient pas m’aider à la financer et dépassaient de peu le barème pour bénéficier des bourses. Les horaires des cours étaient 8 h => 12 h et 13 h 18 h. Ils se dispensaient du lundi au vendredi et nous devions également être présents les mercredi et samedi matin. Autrement dis les quelques heures de baby-sitting que je pouvais effectuer ne suffisaient pas à financer l’école ni la totalité des frais annexes.

Le « deal » que j’ai fais à l’époque avec mes parents étaient qu’ils me paient mes factures de téléphone et que moi en échange je jouais aux jeux radios.

Ce deal ne s’est pas fait par hasard car j’avais déjà gagné pas mal de lots auparavant.

(suite…)

Par Audrey, il y a

Apprenez à gagner plus que votre salaire!

Laissez moi vous offrir gratuitement:
- Un extrait de mon guide sur les jeux radios
- Se constituer des revenus alternatifs (et vivre sans travailler)
- Calculer la rentabilité d'un bien immobilier

Vos données resteront confidentielles