Peut être que vous souhaitez vous lancer dans l’aventure de la colocation en tant qu’investissement locatif ? Et si c’est le cas je ne pourrais que vous y encourager !

Si vous me connaissez un peu, vous savez que cela fait plus de 10 ans maintenant que je fais de la colocation à succès. Ce qui m’a entre autre permis de quitter mon « vrai » travail pour vivre de mes revenus locatifs.

Au cours de ces 10 années d’investissement en colocation haut rendement, j’ai rencontré beaucoup de locataires.

Et aujourd’hui je vais vous donner certains conseils liés à mon expérience 😊

On me pose souvent plusieurs questions telles que :

  • Quel type de bail je dois choisir?
  • Quelle est la surface minimale de location : 9 m² ET 20 m3 / 9 m² OU 20 m3 ?
  • Le règlement de copropriété « interdit » la colocation, comment puis-je faire ?
  • Dois-je inclure les charges dans le loyer que je dois demander ?
  • Comment puis-je calculer les charges à demander et puis-je faire des régularisations ?

Toutes les réponses à ces questions se trouvent dans la formation « Financièrement libre grâce à la colocation TM » que vous trouverez en version complète ou en version module à la découpe.

Aujourd'hui, je vais me concentrer sur la taxe d'habitation !

Je sais qu’elle fait beaucoup parler et lorsque l’on investit en colocation, tôt ou tard, la question de « qui paie quoi » se posera.

Aujourd’hui encore il y a un « flou » législatif au niveau de la taxe d’habitation. En effet, bien que la colocation ait le vent en poupe depuis de nombreuses années, la législation avance petit à petit. Et il en est de même au niveau des impôts.

Mais qu'est ce que cela signifie?

Tout d’abord, un petit rappel :

Vous en tant que bailleur non occupant de la colocation vous ne pouvez-vous substituer à son paiement. Vous ne pouvez pas prendre la taxe d’habitation à votre charge pour l’inclure dans la répartition des charges. Car il ne s’agit ni de charge ni de service. La taxe d’habitation est payée par une personne qui habite dans les lieux au 1er janvier de l’année N

Et concernant la législation?

Au niveau des impôts, le/la propriétaire du bien doit déclarer les personnes qui résident dans son appartement ou maison au 1er janvier.

Il est possible, comme un concubinage, de mentionner au maximum 2 noms sur l’avis d’imposition. Pour cela, il faut donc mentionner le souhait de faire une « demande de taxation conjointe ».

Qu’est-ce que cela signifie pour les personnes qui louent leur bien à 3 colocataires voire plus ?

Tout simplement qu’ils devront s’entendre pour se répartir le paiement de la taxe d’habitation.

Toutefois une personne dont le nom ne figure pas sur le document de la taxe d’habitation pourrait, s’il le souhaite, ne pas la payer. En effet, « les autres personnes au nom desquelles la taxe n’est pas établie n’en sont pas redevables ». Car seuls les colocataires dont le nom figure sur le document sont officiellement redevable du paiement de cette taxe.

Alors oui je sais, ce n’est pas juste !

En général les personnes ne sont pas de mauvaise foi et « votre devoir » en tant que bailleur sera de prévenir vos futurs locataires qu’un seul, voire 2 personnes, recevront la taxe d’habitation et qu’ils devront se la répartir.

Bien sur il leur est possible d’effectuer une simulation du futur montant qui leur sera demandé et il leur est tout à fait possible de se le « provisionner ». De l’inclure dans le pot commun des charges qu’ils peuvent mettre en place pour les dépenses prévues dans la colocation.

Mais si un colocataire ne veut pas payer la taxe d'habitation?

Comme je vous le disais précédemment, cela dépend si son nom figure sur le document relatif à la taxe ou non.

Donc s’il y figure il est tenu de régler la taxe d’habitation.

S’il n’y figure pas il n’y est pas tenu.

Le partage de la taxe d’habitation entre les colocataires n’est pas du ressort de l’administration. Car « La répartition de la charge de l’impôt entre colocataires est une affaire privée qui ne regarde qu’eux ».

« En cas de mésentente persistante, un règlement à l’amiable peut être trouvé à l’aide d’un conciliateur de justice, gratuitement, sans avocat et sans engager de procédure judiciaire. En cas d’échec de la conciliation, il reste une possibilité (payante, coût fixé par le juge) pour trouver un accord sans procès : faire intervenir un médiateur de justice, à la demande du juge du tribunal d’instance ».

Sachez également que vous êtes tenus, dès leur départ d’avoir leur nouvelle adresse. Cette adresse sera à communiquer au service des impôts pour le bon calcul de cette taxe.

Mon astuce :

Personnellement la plupart de mes colocataires ne paient pas de taxe d’habitation. Qu’ils soient Français ou Etrangers. En effet, ils bénéficient très souvent d’allègement voire de dégrèvement du paiement de cette taxe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cet article vous a plu ?

N'hésitez pas à le partager avec vos ami(e)s !

Apprenez à gagner plus que votre salaire!

Laissez moi vous offrir gratuitement:
- Un extrait de mon guide sur les jeux radios
- Se constituer des revenus alternatifs (et vivre sans travailler)
- Calculer la rentabilité d'un bien immobilier

Vos données resteront confidentielles

30 minutes de coaching offerts !

• Vous avez déjà un projet?
• Vous êtes déjà investisseur?
• Vous souhaitez vous lancer dans la colocation?

Exposez-moi votre situation par e-mail & bénéficiez d'une séance de coaching de 30 minutes OFFERTE !

Vos données resteront confidentielles