Investir en coloc pour doper sa rentabilité

Article de la série Tutoriel

 

Lors de séminaires sur l’immobilier, souvent des personnes qui ont déjà investis dans la colocation m’interpellent et me posent des questions.

Par exemple, le week-end dernier une demoiselle était très étonnée car « elle a fait comme j’avais dis dans mes articles ». Je vous explique un peu plus en détails.

En fait cette demoiselle est une lectrice du blog et il y a peu, sa grand-mère est décédée. Lui laissant (ainsi qu’à son père) un appartement.

Cet appartement est situé proche de Dijon.

Elle a donc pensé qu’il serait intéressant d’en tirer un revenu locatif. C’est une très bonne chose.

De ce fait, elle a acheté quelques meubles pour meubler les deux chambres puis a mis une petite annonce sur le site du bon coin.

Elle fut réellement surprise de voir que sa petite annonce n’a pas eu l’effet escompté.

En effet, elle n’a eu que très peu de candidats.

Elle m’a donc posé plusieurs questions :

  • Est-ce que la colocation fonctionne vraiment dans mon cas ?
  • J’ai fixé le prix en regardant le prix des studios aux alentours,
  • Puis-je mélanger les âges et les situations dans la colocation ?
  • Comment faire pour avoir des bons dossiers ?
  • Comment faire pour trouver des locataires même au milieu de l’année ?

Et tellement de questions mais pas assez de temps à lui consacrer sinon nous y aurions passé toute la journée :-).  De plus d’autres personnes avaient également des questions.

Nous avons donc pris du temps, plus tard, ensemble et réfléchis à des stratégies qui je le sais vont cartonnées.

Toutefois et parce que vous n’étiez pas tous avec nous, je vais répondre à ces quelques questions :

  • Est-ce que la colocation fonctionne vraiment dans mon cas ?

Oui, à moins d’être au fin fond du village le plus reculé de France, il y a un public, il faut simplement le trouver et adapter son offre et son bien à ce public.

 

  • J’ai fixé le prix en regardant le prix des studios aux alentours,

Ca c’est une erreur courante et récurrente qui est faite au début.

En effet, certaines personnes pensent qu’il est possible  de calquer le loyer d’un studio pris au hasard sur le bon coin et de l’appliquer à sa colocation. Alors je vous dirais non. C’est une très grosse erreur. Malgré tout, en colocation, vous louez des espaces de vie que des personnes doivent se partager ou non. Ainsi, les communs : comme la cuisine, la ou les salles de bains et le salon seront des lieux ou tout le monde pourra circuler. Les chambres cependant seront privées. Vous devez donc adapter les loyers à cette situation.

Là où on gagne de l’argent avec la colocation c’est en multipliant les locataires. En effet, vous ne louez pas juste « un appartement » mais les « espaces de vie » qui composent cet appartement. Ce qui n’est pas du tout la même chose.

Pour vous donner un exemple : c’est un petit peu comme si vous achetiez quelque chose en gros et que vous revendiez au détail. Forcément au détail cela coûte plus cher. Les industriels l’ont bien compris et je pense que vous avez compris l’esprit.

Je reviens sur la notion d’appartement et d’espaces de vie.

Par rapport à la loi ALUR, celle-ci « règlemente » la location et la colocation.

En tant que bailleur, vous pouvez louer en tant que chambre, une pièce avec fenêtre, si celle-ci fait au moins 9 m². Et recevoir un paiement (loyer) en contrepartie.

La loi ALUR exige un espace de vie d’au moins 14 m² par personne.

Alors qu’est ce que cela signifie ?

Pas nécessairement que vos chambres doivent faire 14 m² mais que l’espace dédié à chaque personne doit être d’au moins de cette surface.

Je développe : si vous voulez louer au moins à 3 personnes, l’appartement choisi devra au moins avoir des chambres de minimum 9m² et devra obligatoirement avoir une surface d’au moins (42m²) 14 x 3.

Vous avez compris le principe.

Même si sincèrement vivre à 3 dans un 42 m² c’est vraiment riquiqui.

Egalement sur ce principe là et par rapport à ces surfaces, vous devrez contracter 1 seul bail comportant les 3 noms. Puis faire des avenants au bail en fonction des départs et des nouvelles arrivées.

Personnellement dans ma dernière colocation mes chambres font chacune 20 m². Je peux me permettre de rédiger 1 bail par personne.

 

  • Puis-je mélanger les âges et les situations dans la colocation ?

Alors non, je vous recommande de rester dans la même thématique. Je m’explique. Si vous louez un trois chambres et que vous avez deux chambres occupées par des étudiants de 25 ans par exemple. Ne louez pas la dernière chambre à un papi de 70 ans. Gardez une certaine cohérence au sein de la colocation.

Egalement pour des raisons de sécurité et parce que je suis une femme, si vous souhaitez gérer une colocation mixte. Il est préférable de louer vos 3 chambres à 2 filles et 1 garçon et non l’inverse. Sauf si vous avez l’accord de la demoiselle bien entendu.

 

  • Comment faire pour avoir des bons dossiers ?

Ah ah, la question que tout le monde se pose, j’y réponds un peu plus bas dans l’article.

 

  • Comment faire pour trouver des locataires même au milieu de l’année ?

Lors de l’achat de mon dernier bien (en octobre dernier). J’ai fais le choix de faire une bonne partie des travaux. Hors électricité et plomberie. De ce fait, à chaque fois que je terminais les travaux d’une chambre je la mettais en location. Ainsi mes locataires sont entrés respectivement au mois de novembre, février et avril.

Petite astuce, lorsque vous peinez à trouver des locataires, que votre cible sont les étudiants par exemple et que vous avez « raté » la rentrée scolaire de septembre/octobre. Ce n’est pas grave du tout. Vous pourrez sans doute profiter des deuxième (janvier/février) voire troisième rentrée scolaire (mars/avril). Et oui, il n’y a pas qu’une seule rentrée scolaire. Ah ah, je vous étonne là :-).

Autre petite astuce, vous pouvez également jouer sur le montant du loyer en proposant, en fonction de la période, un forfait charges en plus ou inclus dans le loyer. Je m’explique.

Si votre colocation est de 400 € par chambre et que vous peinez à trouvez des locataires proposez par exemple un montant à 440 € comprenant un forfait pour les charges. En nommant les charges qui sont comprises.

Attention toutefois vous ne pouvez pas revendre de l’énergie.

Ce genre d’astuce vous permettra de remplir votre colocation plus rapidement. Attention également cette modification devra être indiquée sur le bail. La distinction « loyer » et « charges » devra être mentionnée.

Des astuces comme cela, j’en ai plus d’une centaine :-).

Ce que je veux vous montrer c’est qu’il y a des personnes qui pensent que la colocation c’est quelque chose de facile à mettre en place.

Fondamentalement oui c’est facile.

Dans les faits, il suffit de disposer d’un bien puis de mettre en location les chambres qui composent ce bien.

différence entre colocation et colocation
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

différence entre colocation et colocation

Maintenant il y a une différence entre colocation et colocation.

Je m’explique.

Il va falloir différencier mettre en colocation un bien et optimiser un bien grâce à la colocation

Pour cela il faut en effet distinguer 2 éléments.

Il y a des personnes qui pensent qu’il faut multiplier les appartements pour pouvoir vivre de l’immobilier.

Et à l’inverse il y a des personnes qui optimisent un seul bien. Et ce bien là leur permet d’être financièrement indépendant. Si c’est ce qu’elles souhaitent.

Alors dans quelle catégorie voulez vous vous situer ?

Personnellement j’ai fais mon choix. Et puisque je ne suis pas de la famille des Rothschild, et que je n’ai pas (à ma connaissance)  d’oncle en Amérique, je préfère optimiser chacun de mes biens afin qu’il me « rapporte » le maximum.

Ou voulez vous vous situer
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Ou voulez-vous vous situer ?

 

Voici l’exemple de mon dernier bien.

Les chiffres que je vous annonce ne constituent pour l’instant qu’un « essai ». Ils sont loin d’être au maximum de leur capacité. Car je suis en train de mettre en place des partenariats et également des Upsells. J’attends donc que tout ceci se mette en place. Si vous le souhaitez je développerais certaines de mes stratégies dans d’autres articles.

Bien que je sois déjà dans la tranche supérieure des prix de ma ville, je compte encore boosters les prix de 20 à 30 %. Toutefois, actuellement ce qui m’intéresse c’est de « laisser tourner » la colocation. Ne pas m’en occuper tout en en tirant des revenus intéressants. Mon but est d’avoir également une liste d’attente rapide et qualifiée sur ce bien. Comme sur mes autres colocations. Mais avec des publics différents.

Vous aurez bien sur compris tous les avantages financiers et de gains de temps par rapport au fait d’avoir une liste d’attente.

Donc actuellement sur ce troisième bien, j’ai une mensualité de 98 € de crédit (oui oui vous avez bien lu de 98 €) avec un revenu mensuel de 1170 €. Cette mensualité de crédit très basse correspond à un report pour travaux. Sur ce bien j’ai simplement apporté les frais de notaire et financés une partie des travaux de ma poche. Et cette stratégie rentre dans une stratégie globale par rapport à l’ensemble de mes biens. Celle de me débarrasser le plus rapidement possible de mes crédits.

J’ai déjà expliqué en détail cette stratégie dans une vidéo. Mais je pourrais la développer de nouveau si vous le souhaitez.

Soit une marge (avant impôts) de 1072 € (1 170 € – 98 €).

Donc approximativement l’équivalent d’un SMIC en plus que je reçois chaque mois par rapport à ce seul bien.

Dans cet article je ne détaillerais pas les impôts. Car en fonction de votre composition familiale, de votre situation professionnelle, de votre type d’imposition (meublé, nu,…) il se peut que vous n’en payiez pas ou très peu. Ce qui sera mon cas.

 

Dans ma ville, je rencontre souvent certains apprentis investisseurs qui « galèrent ». Car leurs chambres sont vides.  Ils se ruent sur les « étudiants » afin que leurs biens soient loués en septembre/octobre. Ils ne sont donc pas du tout regardant par rapport aux profils. Car ce qu’ils veulent c’est remplir leur chambre pour pouvoir s’acquitter de leur crédit. Quitte à louer à perte. Oui oui vous avez bien lu. C’est ce qui se passait pour une personne qui, depuis, a pris mes services.

Alors je leur dis allez y, faites un premier tri :-).

L’avantage d’avoir des partenariats avec des entreprises, des universités, des centres de formations et d’avoir des listes d’attentes permet d’être serein dans la gestion de sa colocation et de ne prendre que des personnes qui ont déjà un « profil intéressant ».

Je me moque gentillement de certains de mes confrères bailleurs et c’est volontaire car l’une de mes stratégies est la règle des 70/30.

Cela signifie qu’une seule chambre louée me permet de payer mon crédit et mes éventuels impôts. Les autres chambres ne sont que des « bonus » et constituent ma marge.

Alors comment expliquer que sur mes deux premiers appartements j’ai des listes d’attentes de personnes qui veulent louer mes biens et que mes confrères ont des chambres vides et qu’ils n’arrivent pas à rembourser leurs crédits.  J’aurais envie de leur dire qu’il faudrait apprendre à créer de bons partenariats rentables. 😉

Comment également leur expliquer que je n’ai mis que 4 petites annonces dans « toute ma vie d’investisseuse » depuis 10 ans pour mes trois appartements loués en colocation. Et que je ne n’ai pas eu de carence locative depuis 10 ans. Alors qu’ils peinent à trouver des colocataires et multiplient les petites annonces intitulée « recherche colocation » sur un voire plusieurs sites de colocation payants. J’aurais envie de leur dire qu’ils ne savent pas sur quels sites «gratuits » ils peuvent mettre leur petite annonce. Afin que celle-ci fasse boule de neige, puis qu’elle soit copiée et relayée par les agences. 😉

Et oui investir dans la colocation, malgré ce que l’on pense cela ne s’improvise pas.

Je pense que cela vous est déjà arrivé.

Pour la plupart, nous avons terminé nos vacances. Il vous est surement arrivé d’avoir envie de manger au restaurant avec votre petite famille. Et ne connaissant pas « le coin » et pas eu envie de regarder la réputation des restaurants sur internet. Vous avez lu quelque part qu’il fallait aller là ou il y a le plus de monde.

Et bien c’est exactement ce qui se passe pour la colocation. Cela fonctionne également à la réputation.

Mais comment se faire une réputation lorsque l’on débute me direz-vous ?. Ce n’est pas compliqué du tout. Si c’est un sujet qui vous intéresse, je vous expliquerais tout cela dans un prochain article :-). Oui oui je sais, c’est frustrant, vous en voulez encore.

Il va donc falloir choisir entre vouloir faire de l’immobilier « comme tout le monde et avoir les mêmes résultats que tout le monde » ou vouloir faire de la colocation et obtenir de vrais résultats.

Si vous voulez VRAIMENT vivre de l’immobilier à travers la colocation il va falloir appliquer certaines stratégies.

 

Mais avant de vous les dévoiler :

 

Si vous voulez aller plus loin et que vous êtes motivé et prêt à débourser l’équivalent du prix « d’une chambre louée en colocation » vous aurez accès à ma formation « Financièrement libre grâce à la colocation TM ».

 

Vous avez déjà entendu l’expression il faut savoir apprendre à investir avant d’investir. Vous êtes donc au bon endroit.

En effet, toutes les personnes qui ont appliquées les stratégies décrites dans la formation « Financièrement libre grâce à la colocation TM » ont toutes obtenues de la rentabilité.

 

Dans ce cas là, il ne s’agit pas d’acheter une simple formation mais il s’agit de réaliser d’un investissement.

Cet investissement va vous permettre de connaitre et de comprendre comment fonctionne la colocation. Mais pas seulement. Cela vous permettra aussi de découvrir bons nombres d’astuces et de stratégies qui vous permettront de gagner de l’argent. Avec des modules consacrés à la négociation, aux travaux, à la décoration et bien d’autres.

Personnellement le budget que je consacre à me former est de plusieurs dizaines de milliers d’euros chaque année. Que ce soit en blogging, en formation vidéo, en coaching, en développement personnel, en immobilier, en séminaire, en livre, etc…

 

Passons maintenant aux stratégies :

 

  • Il faut tout d’abord que vous considériez votre bien comme votre entreprise. Donc si c’est le cas cela signifie que VOUS êtes le chef d’entreprise. De ce fait, il va falloir que vous agissiez en conséquence.

Et lorsque l’on gère quelque chose dont on a la responsabilité, la vision que l’on a est tout à fait différente de d’habitude. En effet, ici ce sera VOUS qui prendrez les décisions qui permettront de faire prospérer ou non VOTRE entreprise. Ainsi vous devez savoir que si votre colocation ne fonctionne pas. Ce ne sera pas de la faute de Pierre, Paul ou Jacques mais uniquement la vôtre.

Je vous le dis tout de suite. Cet article n’a pas pour but de me « faire des amis ».  Bien sur, je vais me mettre certaines personnes à dos car je suis de nature gentille mais cash. Et encore plus lorsque je parle d’immobilier.

Car c’est une évidence, lorsque je serais dans l’ennui, il n’y aura personne pour m’aider. Il est donc nécessaire voire vital de prendre les bonnes décisions maintenant pour l’avenir.

Le truc c’est que vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même si vous n’avez pas réussi à atteindre vos objectifs.

 

Car votre vie actuelle résulte des choix que vous avez faits précédemment.

 

  • Mettez vous dans la tête que vous n’êtes pas assistante sociale.

Je m’explique, il est très certainement probable que, dans votre vie d’investisseur, vous soyez ému et sensible à certaines situations.

Attention je ne dis pas qu’un investisseur doit avoir un cœur de pierre. C’est tout à fait à l’opposé de la personne que je suis et de ce que je fais.

Toutefois certains locataires sont des champions du bla bla. Ainsi lorsque vous leur demandez des documents obligatoires tels que les 2 derniers avis d’imposition des garants par exemple. Vous pourriez avoir ce type de réponse. « Mes parents sont actuellement à l’étranger, je ne peux vous les fournir pour le moment mais plutôt dans 1 mois. Mais dès que je serais dans les lieux je pense que je les aurais reçus». La plupart des propriétaires vont dire « d’accord, pas de souci, j’attendrais ». Et bien moi je leur répond « non ». Car avec internet, les mails, les MMS c’est assez facile d’obtenir facilement et rapidement les documents.

Petite astuce pour vérifier l’authenticité d’un avis d’imposition qui vous a été fourni vous pouvez cliquez ici.

Car une fois que la personne sera dans les lieux, quelque part elle s’en fichera de vous fournir les avis d’imposition puisqu’elle sera déjà dans les lieux. Résultat en cas de problème, vous serez malheureusement le seul responsable et vous en voudrez de ne pas avoir été assez vigilant.

 

Le fait de demander une liste bien précise de documents à fournir avant l’entrée dans les lieux permet de se protéger.

En cliquant sur ce lien vous obtiendrez une liste non exhaustive de documents qu’il vous faudra demander.

Ainsi le locataire se dit « oula la ce propriétaire a l’air sérieux et a l’air de savoir de quoi il parle et ce qu’il veut ». Et au propriétaire, cela lui permet de vérifier en amont le sérieux de son futur locataire. C’est un excellent filtre. Ainsi une personne peu sérieuse se dira « oula ce propriétaire exige beaucoup de documents, cela va me prendre la tête de lui fournir tout cela ».

Personnellement je préfère m’asseoir sur 1 mois de loyer que de devoir gérer la psychologie et le fait de faire les démarches pour mettre quelqu’un dehors. Bien qu’avec certains baux spécifiques, c’est peu probable d’en arriver là. Je veux m’endormir paisiblement tous les soirs.

Attention également, la colocation est spécifique et exige des connaissances et même si bail oral = bail écrit, je vous le déconseille.

Un adage dit que la confiance n’exclue pas le contrôle et la confiance, pour moi, s’acquière en me donnant les documents dont j’ai besoin jusqu’à une date limite que j’ai fixé. J’estime que c’est un premier gage de sérieux de mon futur locataire.

 

Mais là dans cet article on parle d’argent. Mon but, dans cet article (et sur mon blog en général) est de  vous aider à gagner de l’argent avec votre bien.

 

J’ai réussi alors que je n’y connaissais rien alors pourquoi pas vous ?! Serais-je plus intelligente ? Je ne crois pas, surtout qu’en plus je suis blonde 🙂 (humour humour) 🙂

Vous allez certainement me dire, pourquoi est ce que je lui ferais confiance. Et vous avez raison. Pourquoi ? Car tout simplement le fait de vous aider ne m’enlèvera rien. En plus j’adore ça. Ceux que j’ai coaché pourraient vous le dire. Et cela ne m’appauvrira pas. Même au contraire cela apportera de la notoriété à mon blog. Maintenant que cela fonctionne bien pour moi j’ai envie de partager mon expérience. Certains d’ailleurs l’ont bien compris. Regardez plutôt cela.

Il s’agit des commentaires des derniers coachings qui sont associés à l’achat de ma formation « Financièrement libre grâce à la colocation TM  ».

 

" Vincent  août 30, 2016 

 

Car chacun a des questions spécifiques sur sa propre situation. Et le fait d’exposer sa situation permet d’avoir des réponses précises et uniques. Personnellement je me fais coacher (notamment sur le blogging) et j’adore ce genre de séance. J’en ressors toujours ravie avec pleins de nouvelles idées et de nouvelles stratégies.

 

Maintenant, la suite.

Comment un seul appartement peut vous rendre financièrement indépendant, si c’est ce que vous voulez.

Attention il y a des personnes qui aiment leur travail. Cependant le fait d’avoir l’équivalent d’un salaire qui tombe de manière récurrente chaque mois est plutôt encourageant. Et malgré tout, permet de voir la vie différemment. Je ne parle pas ici d’acheter une maison aux Bahamas mais d’apporter du beurre dans les épinards au quotidien. Avoir des vacances un peu plus longues,  partir un peu plus loin, faire plaisir à ses proches ou même réduire son temps de travail. C’est de ça dont je parle.

Je vais simplement vous donner un exemple. Avec un de mes « élèves », nous avons redessiné l’appartement qui venait d’acheter quelques jours plus tôt. Ainsi il avait « signé » pour un appartement comportant 3 chambres. Il avait prévu d’y mettre en place une colocation « classique ». Mensualité de crédit de 500 € et chacune de ses chambres devaient se louer 500 € également (je vais arrondir le montant du loyer). Il m’a montré son plan pour avoir mon avis. De ce fait, après avoir vu le plan et après avoir travaillé dessus. J’ai décidé de lui soumettre un autre plan en prenant en compte les arrivées d’eau et en minimisant le coup des travaux etc. Ainsi j’ai pu lui créer 2 chambres supplémentaires ainsi qu’un point d’eau supplémentaire. Et tout cela en réorganisant simplement l’appartement et en le rendant (dans ce cas c’était possible) propice à la colocation. Et cela sans que les chambres soient des cages à poules. J’insiste sur ce point. Car mon but est de privilégier le bien être de mes locataires. Car un locataire content est un locataire qui reste un peu plus longtemps et qui prend soin de l’appartement.

De ce fait, ce nouvel appartement a pris de la valeur. Car il dispose dès à présent de pièces supplémentaires. Et le prix des F3 et des F5 à l’achat est très différent. Toutefois une éventuelle revente n’est pas ce qui l’intéresse actuellement. Car il voulait investir dans l’immobilier pour réduire son temps de travail (ainsi que celui de son épouse). Ainsi, sa mensualité de crédit reste identique (500 €) et le montant de ses loyers quant à lui a changé. Il passe donc d’un prévisionnel de 3 chambres à 500 € (1 500 €) à réellement 5 chambres louées à 400 € (2 000 €). Et cela sans payer d’impôts, pas mal non ??? 🙂

 

 

Ainsi pour mettre en place une bonne colocation, lorsque vous recherchez un bien il va falloir faire attention à plusieurs critères.

 

  • Tout d’abord faire une étude de marché APPROFONDIE (par exemple, regardez sur le site Toutes les villes.com).

Ce site vous permettra de faire une pré-étude de marché afin de voir la démographie de la ville choisie. L’étude de marché est le premier point le plus important sur lequel vous devez vous pencher. Car c’est ce qui vous permettra de gagner de l’argent immédiatement avec votre bien et pas dans 20 ans. Cela vous permettra aussi d’adapter votre futur achat aux profils qui habitent dans votre ville.

Je m’explique, si vous investissez dans une ville ou la moyenne d’âge est de 65 ans pensez-vous qu’il soit judicieux d’envisager de faire une colocation de « jeunes » ?

L’immobilier, souvent on en fait toute une montagne. Car cela représente des sommes importantes. Mais au final c’est simple car c’est juste de la logique.

De ce fait, dans cet exemple là, vous pourriez tout à fait envisager de faire une colocation de personnes âgées. Attention toutefois aux baux. Ils sont très très particuliers pour les personnes de plus de 70 ans. Je vous recommande de les faire rédiger par un avocat spécialisé. C’est ce que j’ai fais avec l’un de mes élèves.

 

  • Arrêtez de penser que la colocation est réservée aux jeunes « sans argent ». C’est tout à fait faux.

En effet, toutes mes colocations sont différentes. Et ont toutes des publics différents.

En effet, dans ma première colocation, je loue à des étudiants de grandes écoles (études longues). Dans ma deuxième colocation, j’ai opté pour louer à des personnes divorcées. Puis dans ma troisième colocation, je loue des espaces de vies à des adultes stagiaires. C’est-à-dire qu’ils ont pour la plupart une famille, des enfants et une maison. Cependant pour des raisons de travail ils doivent se former pendant plusieurs mois. Ainsi ce sont souvent leurs entreprises qui me rémunèrent.

Et pour l’élève dont je parlais précédemment qui loue a des personnes d’un certain âge. Ces personnes là ne sont pas désargentées. Pour la plupart, elles ont vendues leur maison et ont souhaité se rapprocher des commerces de proximité. Elles sont pour la plupart veuves voire divorcées et trop « jeunes » pour vivre en maison de retraite. Leur seule envie du moment, ne pas être isolées et passer de bons moments.  De plus, ce mode de vie rassure la famille.

 

  • Recherchez un bien sans ou avec très peu de charges.

Tout est dit. Alors oui effectivement le prix des charges peut être divisé et affecté (en partie) au nombre de personnes présentes dans l’appartement. Toutefois, les charges sont presque toujours grandissantes. Lorsque vous achetez un bien sans charge. Vous augmentez ainsi votre marge. Et c’est cette marge là (ou cash-flow) que je recherche pour moi mais aussi pour VOUS.

Pour une colocation réussie. Il faut optimiser chaque pôle de dépense tout en obtenant le plus fort loyer possible. Ainsi dans mes colocations chaque pôle de dépense est étudié et si possible réduit. C’est la raison pour laquelle, je me permets de « faire la différence » par exemple, en offrant internet.

Je ne vois pas du tout ce pôle là comme une dépense bien au contraire, il s’agit d’un actif. Car peu de personne pensent à l’offrir et actuellement j’ai pu obtenir internet à zéro euro. Vérifiez la surface, la disposition du bien, les commodités, les stationnements, les transports aux alentours. De ce fait, bannissez d’office les pièces en enfilade.

 

  • Arrêtez de penser qu’il faut forcément acheter près des facs.

Au contraire même, allez là ou il n’y a pas ou peu de concurrence. Vous pourrez ainsi maitriser vos prix et ne pas être obligé d’être moins cher que votre voisin Paul pour obtenir des visites.

Investissez à la périphérie de la ville si vous visez les étudiants. En effet, la plupart en a marre d’être dans des résidences étudiantes. Car en discutant avec eux, je me suis rendue compte que pour certains, ils souhaitaient avoir à disposition une surface de vie plus grande (que 9m²) et surtout avoir du calme. Les résidences universitaires ne sont pas toujours réputées pour cela malheureusement.

 

Mais ceci n’est qu’un échantillon de ce qu’il est possible de faire en colocation. Ainsi, pour un de mes élèves par exemple nous avons rédigés un bail spécifique qui correspondait à son bien et à sa « cible ». Les personnes âgées. Avec un autre de mes étudiants, nous avons opté pour de la rentabilité doublée de la sécurité. Ainsi il loue à des familles monoparentales. Attention toutefois, des baux spécifiques ont été rédigés. Chaque famille dispose donc d’un étage qui lui est dédié et la solitude pour ces familles n’est plus un problème.

En fait, la colocation a le vent en poupe. Car le prix des logements flambent et se loger est un besoin primaire et vital. Donc pour VOUS propriétaire ou futur investisseur, c’est vraiment un moyen qui permet d’allier rentabilité, besoin actuel et vie actuelle.

avantages de la colocation
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

avantages de la colocation

Alors quels sont les avantages pour les locataires :

  • Diminuer les coûts (eau, edf, gaz, internet,…),
  • Disposer de plus d’espace pour un prix similaire à celui d’un studio par exemple,
  • Ne pas vivre seul tout en gardant son intimité,
  • Sécurité,

Et quels sont les avantages pour les propriétaires :

  • Répondre à un besoin actuel,
  • Prix au m² moins cher,
  • Surface plus grande donc plus de possibilités de négocier,
  • Optimisation de chaque pièce à la différence de la location classique,
  • Rentabilité excellente,
  • Pas ou peu d’impayés de loyers grâce à des baux spécifiques

Alors bien sur, je suis certaine que j’ai « convaincu » certaines personnes. Alors bien sur, si c’est le cas, n’hésitez pas à vous former avant de vous lancer. C’est un des meilleurs conseils que je pourrais vous donner. Formation + Action = Résultats.

Car à l’époque, il y a 10 ans, il n’existait pas toutes ces formations. Maintenant internet est à votre portée de main.

Donc il ne tient qu’à vous de prendre les bonnes décisions pour votre avenir et celui de vos proches.

Si vous voulez aller plus loin =>>> « Financièrement libre grâce à la colocation TM  ».

 

Si vous êtes intéressé pour recevoir gratuitement le magazine « Les secrets de la coloc »

Pour visualiser la couverture de ce magazine ======> cliquez ici

Il vous suffit de compléter ce formulaire :

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

N’oubliez pas !

Bonjour

Vous avez choisi de recevoir le magazine « Les secrets de la coloc » et je vous en remercie.

Afin que je puisse vous l’envoyer par voie postale, vous devez préciser vos coordonnées complètes.

Peut-être vous demandez-vous pourquoi est ce que je préfère vous l’envoyer par courrier ?

Tout simplement car il y a des techniques que je ne peux dévoiler au grand public.

Par exemple lorsque je parle d’internet à 0 euro ou de double voire triple mois de loyers.

Donc confirmez bien vos coordonnées afin que je puisse vous envoyer tout cela très rapidement.

A très vite.

Bien @micalement

Audrey 🙂

 

VOTRE AVIS COMPTE AUTANT QUE LE MIEN

Bien sûr, n’hésitez pas à partager cet article si vous pensez qu’il pourrait intéresser des personnes de votre entourage.

Egalement pensez à laisser un commentaire, juste en dessous, à vous inscrire sur le blog, si ce n’est pas déjà fait en haut à droite pour recevoir vos cadeau, à partager cet article sur Facebook en plus de votre abonnement à la chaîne Youtube. Tout ça ?! Oui oui.

 

Apprenez à gagner plus que votre salaire avec l'immobilier
Vos données resteront confidentielles
Comments(8)
  1. Séverine septembre 4, 2016
    • Audrey septembre 4, 2016
  2. Cyril B. septembre 4, 2016
    • Audrey septembre 4, 2016
  3. Benjamin septembre 4, 2016
  4. Michael septembre 6, 2016
  5. Tous rentiers septembre 9, 2016
    • Audrey septembre 10, 2016

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Apprenez à gagner plus que votre salaire!

Laissez moi vous offrir gratuitement:
- Un extrait de mon guide sur les jeux radios
- Se constituer des revenus alternatifs (et vivre sans travailler)
- Calculer la rentabilité d'un bien immobilier

Vos données resteront confidentielles

Apprenez à gagner plus que votre salaire!

Laissez moi vous offrir gratuitement:
- Un extrait de mon guide sur les jeux radios
- Se constituer des revenus alternatifs (et vivre sans travailler)
- Calculer la rentabilité d'un bien immobilier

Vos données resteront confidentielles

Apprenez à gagner plus que votre salaire!

Laissez moi vous offrir gratuitement:
- Un extrait de mon guide sur les jeux radios
- Se constituer des revenus alternatifs (et vivre sans travailler)
- Calculer la rentabilité d'un bien immobilier

Vos données resteront confidentielles

Apprenez à gagner plus que votre salaire!

Laissez moi vous offrir gratuitement:
- Un extrait de mon guide sur les jeux radios
- Se constituer des revenus alternatifs (et vivre sans travailler)
- Calculer la rentabilité d'un bien immobilier

Vos données resteront confidentielles