Dans le précédent article, vous avez pu découvrir la location saisonnière grâce à l’article invité de Paul.

Si vous souhaitez le voir (ou revoir) cliquez sur le lien juste en dessous.

Je découvre la location courte durée avec Paul.

Dans ce nouvel article je vais vous raconter un peu mon expérience récente.

J’espère que vous tirerez une leçon de cette expérience.

Il y a quelques jours voire même semaines, j’ai souhaité me positionner sur un bien.

C’était un bien qui coûtait 33 300 €. Il est situé au RDC d’une résidence en pierre.

Les charges mensuelles sont de 70 €. Elles comprennent l’électricité des communs et la sortie des poubelles. Bien qu’il n’y ait aucun ascenseur. J’ai trouvé ce montant assez élevé. Je vous rappelle que les escaliers des communs sont en pierre.

Bref, j’ai vu cet appartement plusieurs fois. Malgré le fait que je possède déjà 2 appartements, j’ai besoin de voir ce que j’achète plusieurs fois. A différents moments de la journée. Je précise que le bien est situé dans un quartier de la ville où j’habite. Cependant, je connais assez peu ce quartier. C’est la raison pour laquelle, en y allant plusieurs fois, j’ai pu voir quelle était la population dans les environs (personnes âgées, étudiants, commerçants, etc…).

Cela m’a permis d’avoir une première idée sur le marché.

Dès lors, dès que j’ai commencé à le visiter et dès que j’ai vu qu’il pouvait m’intéresser, j’ai mis une petite annonce « fictive » sur le site du boncoin. En fait, j’ai fait une étude de marché. Cela m’a permis de voir s’il y avait de la demande (pour de la colocation) par rapport à ce « type » de bien.

Cet appartement, de 57 m² + 2 pièces en haut pouvant servir de chambres (mais basses de plafond), nécessitait pas mal de travaux de rénovation. Pour le rafraîchir, il fallait compter environ 25 000 € de travaux.

J’ai fait une proposition d’achat au prix de 33 300 €.

Toutefois, lundi dernier, je devais signer le compromis. J’ai demandé à la commerciale de l’agence plusieurs fois quelles étaient ses disponibilités pour effectuer des visites. Mais elle ne proposait pas de rendez-vous. Je lui ai donc dit plus fermement que « je ne signerais pas, tant que mon oncle (qui est dans l’immobilier) ne viendrait pas le voir ». Elle a donc, dans les 5 minutes, pu nous trouver un créneau horaire pour effectuer une nouvelle visite. En effet, ils avaient RDV le lundi à 14 heures. J’avais rendez-vous à 18h15 le soir même pour la signature du compromis.

Pourquoi me direz-vous avais-je besoin de l’avis de mon oncle ?! Tout simplement, pour la première fois depuis très longtemps, je n’arrivais pas à me positionner sur un bien (et en particulier sur CE bien). J’avais du mal à définir s’il s’agissait d’une bonne ou d’une mauvaise affaire.

Le « pour » :

– 4 chambres, (si les 2 du haut pouvaient être relevées au niveau du plafond). Mais ça, il n’était possible de le savoir que si j’achetais et que je faisais enlever le plafond existant :-/.

– immeuble en pierre, c’est un des critères que je recherche (afin de minimiser les charges),

Le « contre » :

– rez de chaussée surélevé d’un côté de la rue et peu lumineux,

– le montant des charges pour un RDC => 70 €/mois,

– beaucoup de travaux pour le rafraichir (25 000 € : fourchette basse). La possibilité de le rénover et de le revendre m’a effleuré l’esprit. Mais la ville dans laquelle j’habite est une ville de création de patrimoine et n’est pas propice à l’achat/revente.

– le plafond de ces « 2 chambres » qui est un coup de poker. C’est quitte ou double.

– pas très bien desservi par les transports concernant le public que je vise (étudiants).

– la pression constante de l’agent commercial. En effet, cela peut paraître idiot. Mais à partir du moment où j’ai signé la proposition d’achat, elle a changé de comportement. J’avais le droit, en moyenne par jour, à environ 3 SMS, + 2 mails et 1 ou 2 appels téléphoniques (avec message sur mon répondeur).

Bizarrement, ce bien m’empêchait de dormir

De plus, elle n’a pas souhaité m’envoyer le compromis quelques jours avant la date de la signature afin que je puisse le lire tranquillement. A la signature du compromis, elle m’avait informé qu’une somme (2 000 €) devait être versée sur un compte séquestre. C’est une pratique que je ne connaissais pas personnellement. Bien que ce soit quelque chose d’assez courant.

Par rapport à ce compte séquestre, elle me demandait plusieurs fois par jour comment j’allais procéder au paiement. Elle m’a tout d’abord dit qu’il fallait obligatoirement payer par un chèque de banque. Je lui ai répondu que ma banque n’étant pas sur place, cela me paraîtrait un peu compliqué de l’obtenir pour le jour J. De ce fait, je lui ai dit que je procéderais par virement bancaire. Elle m’a envoyé plusieurs mails par jour. Toutefois, elle ne m’envoyait pas le RIB. La date de la signature du compromis avançait puisque nous devions le signer lundi. Le jeudi précédent, vers midi, sachant que vendredi était férié, elle m’a envoyé un nouveau mail avec une pièce jointe intitulée Compromis. En fait, il s’agissait du rib.

Il était trop tard pour demander un ordre de virement à ma banque pour le lundi suivant. J’ai donc décidé que je ferais un chèque classique.

Puis le lundi arriva. Mon oncle avait RDV avec elle à 14 heures. Il a visité le bien. Et malheureusement pour l’agent commercial, il ne passait pas sous les « 2 chambres du haut ». Elles étaient trop basses de plafond.

Dès lors, j’ai décidé, avec toutes ces péripéties, que je n’achèterais plus le bien

J’ai donc prévenu par mail vers 14 h 15 (puisque j’étais en réunion) que je ne viendrais pas à la signature du compromis à 18 h 15. Un peu plus tard dans l’après-midi, alors que j’étais toujours en réunion, j’ai reçu un coup de téléphone incendiaire du directeur de l’agence.

Il était très très mécontent du fait que je n’achetais pas le bien. Il me hurla dans les oreilles en me disant que je leur avais fait perdre leur temps. Et que je savais pertinemment qu’ils avaient un autre acheteur. Alors oui, effectivement je le savais. On m’avait informé qu’un autre acheteur avait fait une offre plus basse et j’avais fait une offre au prix. Toutefois, je n’achète pas une baguette de pain et j’estime que voir 3 fois un bien n’est pas si étonnant que cela.

J’ai décidé de faire ressortir le positif de cette histoire et je viens de me positionner sur un nouveau bien avec une vision différente (mais ceci fera l’objet d’un prochain article :-)).

Mes conseils :

  • Pour votre information, nous avons tous 7 jours, à partir de la date de la signature du compromis pour nous rétracter. Sachant que je n’avais pas signé le compromis.
  • C’est vous qui êtes l’acheteur, ne vous prenez pas la tête et réfléchissez. Si un bon achat peut vous faire immédiatement gagner de l’argent. Un mauvais pourra vous en faire perdre tout autant voir même plus.
  • Afin de ne pas prendre tout à cœur, dites-vous, que lorsque vous visitez un bien, vous le faites pour quelqu’un d’autre. Cela vous permettra de prendre la distance nécessaire.
  • Cette agence a perdu une cliente voire plus (car j’ai quelques relations).
  • N’hésitez pas à mettre des annonces « fictives » pour des biens potentiels que vous envisagez d’acquérir.

Et vous, qu’auriez-vous fait à ma place ? L’auriez-vous acheté ? Êtes-vous déjà tombé sur des agents commerciaux aux méthodes un peu douteuses ? Racontez-nous vos expériences.


2 commentaires

mathieu de je-serai-trader-pro.fr · août 2, 2015 à 10:56

Bonjour,
Personnellement un agent immobilier qui est insistant comme ça je trouve que c’est mauvais signe, après ce n’est que mon avis (je peux me tromper).
Ensuite il ne faut pas oublier que l’agent immobilier ne travaille pas pour le vendeur, il travail pour l’acheteur vu que c’est lui qui verse la commission (c’est comme ça que je vois les choses) donc il ne doit pas rechigner à faire visiter le bien surtout, comme tu dis, ce n’est pas une baguette de pain que tu achètes.

Acheter 2 appartements sans crédit | Les revenus autrement · mai 17, 2015 à 8:40

[…] Si vous êtes passé à côté de cet article, découvrez le en cliquant sur ce lien. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Apprenez à gagner plus que votre salaire!

Laissez moi vous offrir gratuitement:
- Un extrait de mon guide sur les jeux radios
- Se constituer des revenus alternatifs (et vivre sans travailler)
- Calculer la rentabilité d'un bien immobilier

Vos données resteront confidentielles